Preview

Analyse
Expositions

Les musées allemands célèbrent les 90 ans de Gerhard Richter

Alors que Gerhard Richter a fêté ses 90 ans, l’Albertinum à Dresde et la Neue Nationalgalerie à Berlin consacrent des expositions au plus célèbre artiste vivant allemand.

L’exposition consacrée à Gerhard Richter à l’Albertinum à Dresde présente des œuvres issues de la collection personnelle de l’artiste, de sa fondation, ainsi que des prêts accordés par des musées internationaux. Photo : Werner Bartsch

À l’occasion des 90 ans de l’artiste, le 9 février 2022, Dresde, sa ville natale, lui consacre une exposition jusqu’au 1er mai. Axée sur les portraits, les peintures sur verre et les œuvres abstraites de Gerhard Richter, elle se déploie dans trois salles de l’Albertinum, où des œuvres de l’artiste sont déjà exposées en permanence.

Le peintre a sélectionné les pièces au sein de sa collection privée et de sa fondation, ainsi que dans des musées internationaux. L’exposition se veut « très personnelle » et comprend ainsi des portraits de la femme et des enfants de l’artiste, explique Dietmar Elger, responsable des Archives Gerhard Richter, qui sont conservées au musée. Parmi les points forts du parcours figure son autoportrait de 1996, prêté par le Museum of Modern Art de New York. Figure également un tableau intime de 1995, S. mit Kind (S. avec enfant), précise Dietmar Elger.

Gerhard Richter a arrêté de peindre en 2017, lorsque cette activité est devenue trop exigeante physiquement pour lui. Ces dernières années, il s’est plutôt tourné vers le dessin. Certaines de ses nouvelles compositions sont actuellement dévoilées au musée K21 à Düsseldorf, en Allemagne. L’exposition qui y est présentée jusqu’au 24 avril comprend le cycle « Birkenau », issu d’une quête de plusieurs décennies pour réagir artistiquement à l’Holocauste. Réalisés en 2014, ces quatre tableaux sont inspirés de photographies documentaires prises secrètement par un prisonnier juif en 1944 au camp de la mort d’Auschwitz II-Birkenau. Des versions photographiques sont exposées au Reichstag à Berlin, et les tableaux font partie de la centaine d’œuvres que Richter a données l’année dernière au futur Musée du XXe siècle en construction dans la capitale allemande et conçu par les architectes Herzog & de Meuron.

Gerhard Richter, Autoportrait, 1996, prêté par le Museum of Modern Art de New York. Courtesy of the Museum of Modern Art in New York. © Gerhard Richter

Une autre exposition célébrant le 90e anniversaire de Richter s'est ouverte le 10 février, à la Neue Nationalgalerie, à Berlin, qui a rouvert ses portes l’année dernière après un important chantier de rénovation. Décrite comme la première grande rétrospective consacrée aux livres de l’artiste, elle est organisée par la Kunstbibliothek, l’une des plus grandes bibliothèques de musée au monde basée elle aussi à Berlin.

GERHARD RICHTER A PRODUIT SON PREMIER LIVRE D’ARTISTE EN 1966 EN COLLABORATION AVEC SIGMAR POLKE

Gerhard Richter a produit son premier livre d’artiste en 1966 en collaboration avec Sigmar Polke et a régulièrement publié des ouvrages sur son travail, offrant un aperçu de son processus créatif et de ses mondes intérieurs. L’un d’entre eux traite de Birkenau, tandis que d’autres ont des sujets tels que la glace et la forêt. Le dessin des vitraux de l’abbaye bénédictine St-Maurice de Tholey, dans la Sarre, proche esthétiquement d’un tapis persan, est tiré de son livre Motifs. Prévue jusqu’au 29 mai et placée sous le commissariat de Michael Lailach, l’exposition montre la manière dont Gerhard Richter a utilisé les livres pour définir son image en tant qu’artiste, son utilisation de la photographie et le rôle du hasard dans son travail de recherche.