Preview
© Historic England Archive

Reportages
Archéologie

Une importante mosaïque romaine découverte au Royaume-Uni

Première mosaïque illustrant des scènes de l’Iliade d’Homère découverte en Angleterre, elle aurait décoré une imposante salle à manger et un espace de loisir dans un grand complexe de villas.

Une mosaïque romaine endommagée mais magnifique – la première jamais trouvée au Royaume-Uni illustrant des scènes de l’Iliade d’Homère – a été découverte sous des champs cultivés dans le Rutland. La mosaïque représentant le héros grec Achille, a dû coûter une fortune. Son riche propriétaire devait pouvoir se vanter auprès de ses invités de sa connaissance de la littérature classique. Elle devait décorer une imposante salle à manger et de divertissement au sein d’un grand complexe de villas. Elle est considérée comme la plus importante découverte de ce type depuis un siècle. Le site bénéficie aujourd’hui d’une protection officielle de la part du gouvernement britannique, sur les conseils de Historic England.

Le panneau inférieur de la mosaïque montrant Achille (à gauche)et Hector se battant en duel sur des chars. © University of Leicester Archaeological Services

LA MOSAÏQUE A ÉTÉ ENDOMMAGÉE LORS DE TRAVAUX ULTÉRIEURS ET PRÉSENTE DES MARQUES DE FEU DUES À DES INCENDIES

Le panneau supérieur de la mosaïque, qui montre le corps d’Hector rendu à son père, le roi Priam (à droite), en échange de son poids en or. © University of Leicester Archaeological Services
Le panneau central de la mosaïque, où Hector, vaincu, est traîné par Achille dans son char. © University of Leicester Archaeological Serviceschars. © University of Leicester Archaeological Services

La mosaïque a été endommagée lors de travaux ultérieurs et présente des marques de feu dues à des incendies, ce qui, avec les squelettes humains trouvés dans la couche de gravats qui la recouvre, suggère qu’à une date très tardive de l’époque romaine ou au début du Moyen Âge, le site a perdu son caractère opulent d’origine et a été réaffecté. Une étude plus approfondie des ossements et des autres vestiges devrait permettre d’en connaître davantage sur son histoire ultérieure, et sur les activités sur le site de la villa, alors que Rome perdait peu à peu le contrôle de la région.

Un membre de l’équipe de l’ULAS/Université de Leicester pendant les fouilles d’un pavement en mosaïque. © Historic England Archive

LA MOSAÏQUE, QUI MESURE 7 MÈTRES SUR 11 MÈTRES, SE SITUE À UNE FAIBLE PROFONDEUR SOUS LE CHAMP

La mosaïque, qui mesure 7 mètres sur 11 mètres, se situe à une faible profondeur sous le champ et a été découverte au plus fort du confinement de l’année dernière par Jim Irvine, le fils du propriétaire terrien Brian Naylor, qui se promenait avec sa famille lorsqu’il a repéré des poteries brisées dans un champ de blé. « Plus tard, en regardant une image satellite, j’ai repéré une marque très nette dans les cultures, comme si quelqu’un avait dessiné sur mon écran d’ordinateur avec un morceau de craie. C’était vraiment le moment “oh whaou!”, et le début de l’histoire », raconte-t-il.

Un membre de l’équipe de l’ULAS/Université de Leicester pendant les fouilles d’un pavement en mosaïque. © Historic England Archive

Conscient de son importance potentielle, il a contacté les archéologues du Conseil du comté du Leicestershire. Historic England a obtenu un financement d’urgence pour envoyer une équipe effectuer des fouilles en août 2020, et d’autres travaux ont suivi en septembre 2021, réalisés par les étudiants et le personnel de l’école d’archéologie et d’histoire ancienne de l’université de Leicester.

John Thomas, directeur adjoint des services archéologiques de l’université de Leicester et chef de projet des fouilles, estime qu’il s’agit de la mosaïque la plus intéressante découverte au Royaume-Uni depuis un siècle. Selon lui, elle est extrêmement importante car tout le site de la villa qui l’environne semble avoir survécu. « Elle nous donne de nouvelles informations sur l’attitude des gens à l’époque, leurs liens avec la littérature classique, et elle nous en apprend énormément sur la personne qui a commandé cette pièce, dit-il. C’est quelqu’un qui connaissait les classiques, qui avait l’argent pour commander une pièce aussi détaillée, et c’est la toute première représentation de ce récit que nous ayons trouvée en Grande-Bretagne. »

Jim Irvine et Brian Naylor ont été les premiers à découvrir la mosaïque romaine dans leur champ lors du confinement de 2020. D.R.

LE STATUT DE MONUMENT CLASSÉ ACCORDÉ AU SITE A POUR BUT DE LE PROTÉGER NOTAMMENT DES APPRENTIS ARCHÉOLOGUES

La pièce était l’épicentre d’un grand complexe de villas datant de la fin du IIIe ou du début du IVe siècle de notre ère. La majeure partie du site n’a pas fait l’objet de fouilles mais les études géophysiques qui révèlent les structures sous-jacentes montrent un complexe de bâtiments comprenant des granges, des structures circulaires, qui pourraient être des entrepôts à grains, et de possibles thermes.

D’autres fouilles sont prévues pour l’année prochaine, et pendant que le travail se poursuit sur les découvertes, y compris l’étude par David Neal – internationalement reconnu comme un expert en mosaïques romaines –, la mosaïque a été à nouveau recouverte pour la protéger. Les archéologues espèrent également monter une exposition avec le soutien du Lottery Heritage Fund. Le statut de monument classé accordé aujourd’hui au site a pour but de le protéger notamment des apprentis archéologues. Le site a été endommagé par le passé par les travaux des champs. Historic England travaille avec les propriétaires terriens pour que le champ retrouve une utilisation plus douce.