Preview

Actus
Harcèlement sexuel

Accusé de harcèlement sexuel, Benjamin Genocchio quitte son poste de directeur de l'Armory Show

L'ancien rédacteur en chef d'Artnet et actuel directeur de l'Armory Show Benjamin Genocchio a récemment été démis de ses fonctions. Accusé, en effet, de harcèlement et d'attouchements sexuels par certaines de ses collègues de travail, il ne participera pas à l'édition 2018 de la foire. L'intérim est assuré par la directrice adjointe Nicole Berry.

par

Quelques semaines après la démission de l’éditeur d’Artforum Magazine Knight Landesman, le directeur de l’Armory Show Benjamin Genocchio est, lui aussi, contraint de quitter ses fonctions. Accusés tous deux de harcèlement sexuel dans le cadre de leur travail, le nom de ces deux figures du monde de l’art s’ajoute à la déjà longue liste de personnalités attaquées pour harcèlement sexuel. Huit femmes au total incriminent Benjamin Genocchio pour harcèlement ou attouchements sexuels non désirés, parmi lesquelles d’anciennes collègues d’Artnet, de Louise Blouin Media ou de l’Armory Show. Onze autres personnes ont confié au New York Times – à l’origine de ces révélations– avoir eu vent ou même avoir été témoins de telles situations ou de commentaires déplacés de l’homme sur leur lieu de travail. L’ancienne directrice adjointe de la foire new-yorkaise Nicole Berry prend désormais les rênes de la foire.

Né en 1969 à Sydney, l’Italo-Australien Benjamin Genocchio a fait ses gammes comme critique d’art au sein du journal The Australian avant de partir aux États-Unis en 2002 travailler à la rédaction du New York Times. Docteur en histoire de l’art, il est nommé rédacteur en chef de Artinfo.com et directeur de la rédaction de Art+Auction au sein du groupe Louise Blouin Media en 2010. Il rejoint Artnet en janvier 2015 avant d’être désigné, en décembre de la même année, directeur de l’Armory Show. Ce n’est pas la première fois que le comportement déplacé de Benjamin Genocchio est pointé du doigt : en 2015, la directrice commerciale d’Artnet Susannah Wilson avait déjà prévenu le fils du fondateur du magazine Jacob Pabst que de nombreuses femmes s’étaient réunies pour parler de harcèlement sexuel au sein de l’entreprise et avaient, dès lors, déjà mentionné l’attitude inconvenante de leur ancien rédacteur en chef.

Après les révélations sur le producteur américain Harvey Weinstein, ces nouvelles accusations montrent que le monde de l’art n’est pas épargné par les violences sexuelles. Peu après l’affaire Knight Landesman, plus de 7000 femmes issues du monde de l’art avaient d’ailleurs signé une lettre ouverte dénonçant le harcèlement dont elles sont trop souvent l’objet dans ce milieu.

Appeared in The Art Newspaper Digital