Preview

Actus
Ministère de la Culture

Des planches de F’murrr remises en dation à l’État

Les héritiers de F’murrr ont remis en dation à l’État des planches originales de l’auteur de bande dessinée afin de régler les frais de succession de l’artiste. C’est une première dans l’histoire du 9e art.

Les deux sœurs et héritières de Richard Peyzaret, plus connu sous le nom de F’murrr, décédé en 2018, ont remis en dation à l’État un ensemble de 238 planches originales, dessins et manuscrits de l’auteur de bande dessinée. Destinée à régler les frais de succession du dessinateur mais aussi à préserver ses œuvres, cette dation est inédite dans l’histoire du 9e art. Les héritiers et ayants droit de l’artiste profitent en effet d’un dispositif introduit par André Malraux dès 1968, qui n’avait encore jamais été mobilisé dans le domaine de la bande dessinée. Ce dispositif permet « le paiement à titre exceptionnel des droits de succession et de mutation à titre gratuit entre vifs, du droit de partage et de l’impôt sur la fortune immobilière, par la remise à l’État de biens culturels reconnus de haute valeur artistique ou historique », indique le ministère de la Culture.

Extrait du Génie des Alpages, de F’murrr (2011). © D.R.

Né le 31 mars 1946 à Paris, diplômé de l’École supérieure des arts appliqués Duperré, Richard Peyzaret a débuté sa carrière de dessinateur en 1971 chez Pilote, dont le rédacteur en chef était alors René Goscinny. Deux ans plus tard, F’murrr commence dans le même journal sa série la plus populaire, Le Génie des alpages, qui raconte les péripéties absurdes d’un troupeau de brebis et de leurs bergers successifs dans un décor de montagne. Les œuvres acceptées en dation couvrent quarante-cinq années de création, de la deuxième planche du Génie des alpages, publiée en 1973, aux études à l’encre et au lavis intitulées Péché mortel datant de 2018, année de la mort de l’auteur. Affecté à la Bibliothèque nationale de France, l’ensemble sera déposé à la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image à Angoulême et au musée Tomi Ungerer - Centre international de l’illustration, à Strasbourg.