Preview

Avant-première
Expositions

Une chapelle de Theaster Gates pour le pavillon de la Serpentine Gallery

Baptisée Black Chapel, la structure imaginée par l’artiste et activiste de Chicago comprendra une cloche d’église et un oculus. Le 21e pavillon de la Serpentine Gallery sera inauguré dans Kensington Gardens, à Londres, le 10 juin 2022.

L’artiste et activiste américain Theaster Gates a dévoilé son projet pour le 21e pavillon de la Serpentine Gallery. Inauguré le 10 juin 2022, sa construction temporaire sera un espace contemplatif baptisé Black Chapel « l’on pourra se reposer des pressions de la journée et passer du temps dans la quiétude », explique l’artiste. Ce programme est l’une des plus importantes commandes annuelles d’architecture à Londres.

Le projet du pavillon de la Serpentine Gallery 2022, Black Chapel, conçu par Theaster Gates. © 2022 Theaster Gates Studio

Parmi les précédents invités figurent Zaha Hadid, Frida Escobedo ou l’agence d’architecture sud-africaine Counterspace.

UN ESPACE CONTEMPLATIF « OÙ L’ON POURRA SE REPOSER DES PRESSIONS DE LA JOURNÉE ET PASSER DU TEMPS DANS LA QUIÉTUDE »

Le pavillon de Theaster Gates « rendra hommage aux traditions artisanales et manufacturières britanniques », indique un communiqué des Serpentine Galleries, en s’inspirant de l’industrie séculaire de la poterie à Stoke-on-Trent, dans le nord de l’Angleterre. La structure, constituée principalement de bois, aura la forme d’une chapelle; une cloche provenant de St. Laurence Church, située dans le quartier de South Side à Chicago, sera suspendue à l’entrée tandis que la lumière pénétrera à travers un oculus circulaire ouvert dans l’un des murs, évoquant le Panthéon de Rome. La cloche sonnera pour annoncer les performances et les « activations » (tout au long de l’été, le pavillon accueillera des événements de musique live, de poésie et de danse dans le cadre de l’initiative Park Nights).

Le bâtiment sera respectueux de l’environnement « en mettant l’accent sur les matériaux durables et sur la réutilisation de la structure après son installation à la Serpentine », ajoute la note d’intention du projet. L’ancienne directrice des Serpentine Galleries, Julia Peyton-Jones, qui a conçu le programme annuel de ces pavillons éphémères, a affirmé dans un texte publié dans le catalogue du pavillon du cabinet Bjarke Ingels Group en 2016 qu’il s’agit d’une « condition préalable » pour que chaque structure soit acquise après sa présentation par l’institution britannique. « Cette dimension vitale pour leur financement leur permet également d’avoir une vie après leur passage à la Serpentine », a-t-elle déclaré.

Theaster Gates. © Sara Pooley

Parmi les mécènes du pavillon figurent la banque Goldman Sachs, le groupe Therme et la fondation Luma, fondée par la mécène suisse d’Arles Maja Hoffmann. Le projet de la Serpentine fait partie d’un triptyque qui met à l’honneur Theaster Gates à Londres : l’artiste a  récemment présenté des expositions et des projets au Victoria & Albert Museum et à la Whitechapel Gallery dans le cadre d’un ensemble intitulé « The Question of Clay », axé sur son amour de la céramique.

LE PAVILLON DE THEASTER GATES « RENDRA HOMMAGE AUX TRADITIONS ARTISANALES ET MANUFACTURIÈRES BRITANNIQUES »

En 2019, Theaster Gates avait réuni à la Haus der Kunst à Munich des « artefacts d’identité noire tirés de ma vie » pour une autre pièce appelée Black Chapel, explique l’artiste dans un film diffusé sur Internet. En 2006, il s’est installé dans une ancienne confiserie de South Dorchester Avenue, au cœur de Greater Grand Crossing, l’un des quartiers les plus défavorisés de Chicago. Il a ensuite acheté en 2019 le bâtiment voisin, devenu l’Archive House, où sont désormais conservés 14 000 livres de l’ancienne librairie Prairie Avenue Bookshop. Reconstruit à l’aide de matériaux mis au rebut et récupérés dans toute la ville, il répond à la mission de la Rebuild Foundation, qui vise à rénover le quartier par « l’autonomisation des individus et l’engagement communautaire ».